Hadiths sur les deux poids – Al-Thaqalayn

Jami’ At-Tirmidhi – Edition Darussalam – Volume 6 – Hadith 3786 page 435

3786. Jâbir bin ‘Abdullah a dit: « J’ai vu le Messager d’Allah pendant son pélerinage (Hajj), le jour de ‘Arafah. Il était assis sur sa chamelle (Al-Qaswâ’), délivrant un sermon. Il dit ainsi: « Ô gens! En effet, j’ai laissé parmi vous ce à quoi, si vous vous y attachez, vous ne vous égarerez pas : Le Livre d’Allah et ma famille, les gens de ma demeure (Ahl-Baytî). » (Authentique)

[Il (le narrateur) dit :] Il y a des narrations à ce propos venant d’Abu Dharr, Abu Sa’eed, Zaid bin Arqam et Hudhaifah bin Usaid.

Jami’ At-Tirmidhi – Edition Darussalam – Volume 6 – Hadith 3788 pages 436, 437

3788. Zaid bin Arqam, qu’Allah soit satisfait de ces deux-là, a rapporté que le Messager d’Allah (sawas) a dit: « En effet, je laisse parmi vous ce à quoi, si vous vous y attachez, vous ne vous égarerez pas après moi. L’un est plus méritant que l’autre : le Livre d’Allah est une corde tendue entre le Ciel et la Terre, et ma famille – les gens de ma maison (Ahl-baytî) – et ils ne sépareront pas jusqu’à ce qu’ils me rencontrent au Hawd (Bassin), faites donc attention à comment vous les traiterez après moi. (Authentique)

 L’Exégèse du Coran – Ibn Kathir – Edition DKI – Volume 4 – Tafsir S42V23 page 25

Dis: «Je ne vous demande pour cela nul salaire, mais seulement la sympathie due aux proches.» — Eux, dit l’autre, est-ce vous ? — Oui, dit Ali b. al-Husayn.» En outre, il est rapporté que l’Envoyé (ç) a dit dans son discours de Ghadîr Khom: «Je laisse parmi vous les deux arrois: le Livre de Dieu et ma famille. Ils ne se sépareront pas jusqu’à ce qu’ils viennent à moi, au Bassin.» Il est aussi rapporté qu’il a dit: «Ô gens, je laisse parmi vous ce à quoi si vous tenez vous ne serez jamais égarés: le Livre de Dieu et ma famille, la famille de ma maison.»

Riyad as-Salihin – An-Nawawi – Hadith 346 page 104

346. Yazîd Ibn Habbân a dit: «Je me rendis en compagnie de Housayn Ibn Sabra et de ‘Amr Ibn Moslem chez Zeyd Ibn Arqam (das). Quand nous nous assîmes auprès de lui, Housayn lui dit: «Tu as certainement rencontré, ô Zeyd!, un grand bien. Tu as vu en effet le Messager de Dieu (bsdl) et tu as entendu ses paroles. Tu as de même pris part à ses campagnes et tu as fais la prière derrière lui. C’est pourquoi tu as certainement rencontré, ô Zeyd!, un grand bien. O Zeyd! Parle-nous un peu de ce que tu as entendu de la bouche du Messager de Dieu (bsdl)». Il dit: «O fils de mon frère! Par Dieu, mon âge est déjà avancé, mon temps est devenu ancien et j’ai oublié une partie de ce que j’avais retenu jadis des paroles du Messager de Dieu (bsdl). Acceptez donc les Hadiths que je vous rapporte et ne me mettez pas dans l’embarras pour ce que je ne vous en ai pas rapporté». Puis il dit: «le Messager de Dieu (bsdl) se leva parmi nous pour nous faire un discours auprès d’un lac appelé Khomm entre la Mecque et Médine. Il prononça d’abord la louange et la glorification de Dieu, puis nous fit une leçon de morale, nous rappela nos obligations et dit enfin: «Or donc! Attention, ô gens! Je ne suis qu’un être humain et le messager de Dieu (l’Ange de la mort) ne va plus tarder à venir m’appeler et moi à y répondre. Je laisse après moi deux choses de grand poids: d’abord le Livre de Dieu contenant la bonne direction et la lumière. Pratiquez ses enseignements et accrochez-vous à lui». Il exhorta alors les gens à respecter les enseignements du Livre de Dieu et les poussa à l’aimer. Puis il leur dit: «…Puis les membres de ma famille. Je vous rappelle Dieu pour tout ce qui concerne les membres de ma famille». Houçayn lui dit: «Qui sont les membres de sa famille? Ô Zeyd!» Il dit: «Ses femmes font partie de sa famille mais les membres de sa famille sont ceux à qui il a été interdit d’accepter les aumônes du trésor public après sa mort». Il dit: «Et qui sont-ils?» Il dit: «Les familles de ‘Ali, de ‘Aqil, de Ja‘far et de ‘Abbâs». Il dit: «A-t-on interdit à tous ceux-là d’accepter les aumônes du trésor public?» Il dit: «Oui». (Rapporté par Moslem)
Dans une autre version: «Attention! Je vais laisser après moi parmi vous deux choses de grand poids: L’une d’elles est le Livre de Dieu et c’est la corde de Dieu. Celui qui le suit sera sur la bonne voie et celui qui le délaisse sera dans l’errance».

Sahih Muslim – Edition Darussalam – Volume 6 – Hadiths 6225, 6226 pages 267, 268

[6225] 36 – (2408) Yazid bin Hayyan a dit: « Hussein bin Sabrah, Umar bin Muslim et moi-même sommes partis, puis arrivés chez Zaid bin Arqam. Lorsque nous prîmes place chez lui, Hussein lui dit (à Zaid bin Arqam) : « Ô Zaid, vous avez atteint un degré de bienfaisance méritoire! Vous avez vu le messager de Dieu (sawas) et entendu ses paroles, vous avez combattu avec lui, et avez prié derrière lui. Ô Zaid, vous avez certes atteint un degré de bienfaisance méritoire… Dites-nous donc, Ô Zaid, ce que vous avez entendu du messager de Dieu (sawas). Il (Zaid bin Arqam) dit alors : « Ô fils de mon frère, par Dieu, j’ai vieilli et ceci date d’il y a longtemps, j’ai oublié quelques choses de ce que j’ai appris venant du messager de Dieu (sawas). Quoique je vous relate, acceptez-le, et ne me repoussez pas. » Puis, il dit : « Un jour, le messager de Dieu se leva et s’adressa à nous, dans un lieu d’eau nommé Khumm, entre la Mecque et Médine. Il pria et glorifia le nom d’Allah, puis il nous exhorta et nous fit des rappels, après quoi il dit : « Ô gens, je ne suis qu’un homme, et bientôt le messager de mon Seigneur (référence à l’ange de la mort) viendra à moi et je répondrai. Je laisse parmi vous 2 choses valeureuses, la première d’entre elles est le Livre d’Allah dans lequel est la Guidance et la Lumière. Suivez le Livre d’Allah et accrochez-vous-y. Puis il nous encouragea à adhérer au Livre de Dieu, ensuite il dit : « Et les gens de ma demeure. Je vous rappelle Allah par les gens de ma maison, je vous rappelle Allah par les gens de ma maison, je vous rappelle Allah par les gens de ma maison. » Hussein lui dit : « Qui sont les gens de sa maison, Ô Zaid ? Ses femmes ne sont-elles pas parmi les gens de sa maison ? » Il répondit : « Ses femmes font partie des gens de la maison, mais les gens de sa maison sont ceux à qui la Zakât est interdite après qu’il (le prophète) soit parti. » Il (Hussein) demanda donc : « Qui sont-ils ? » Il (Zaid) répondit : « Ils sont la famille de ‘Ali, la famille de ‘Aqil, la famille de Ja’far et la famille de ‘Abbâs. » Le demandeur dit ainsi : « La Zakat était-elle interdite à tous ceux-ci ? » Il (Zaid bin Arqam) répondit « Oui. »

[6226] (…) It was narrated from Zaid bin Arqam from the Prophet sawas – and he quoted a Hadîth like that of Zuhair (no. 6225).

Sahih Muslim – Edition Darussalam – Volume 6 – Hadith 6227 pages 268, 269

[6227] (…) Une telle narration (n°6225) de Isma’il a été rapportée par Abu Hayyan avec cette chaîne de transmission, et dans le Hadith de Jarîr il y a en plus : « Le Livre d’Allah dans Lequel se trouve Guidance et Lumière ; quiconque s’attache à Lui et y adhère, suivra la Vraie Voie, et quiconque s’en détourne, s’égarera. »

Sahih Muslim – Edition Darussalam – Volume 6 – Hadith 6228 page 269

[6228] 37 – (…) Il a été rapporté que Yazid bin Hayyan a dit : « Nous sommes entrés chez Zaid bin Arqam et lui avons dit : « Vous avez vu de grandes choses ! Vous avez accompagné le messager de Dieu (sawas) et avez prié derrière lui… » et il cita un hadith tel que le rapporta Abu Hayyan (n°6225), excepté qu’il ajouta : ( »le messager de Dieu (sawas) a dit: ») « Voilà, je laisse parmi vous deux choses valeureuses, la première est Le Livre d’Allah, Glorifié et Exalté Soit-Il, qui est la Corde de Dieu. Quiconque suit cette voie sera bien-guidé, et quiconque l’abandonne sera égaré. » Et dedans (dans le hadith), il est dit : « Puis nous demandâmes : « Qui sont les gens de sa maison ? Ses femmes ? » Il répondit : « Non, par Dieu. Une femme devrait être avec un homme seulement pour une partie de sa vie, après quoi l’homme divorcerait pour qu’elle retourne chez son père et sa famille. Les gens de sa maison sont ses proches de sexe masculin, à qui la Zakat fut interdite après qu’il (le Prophète (sawas)) soit parti. »

The History of Al-Tabari – Volume 39 – Biographies of the Prophet’s Companions and Their Successors – Hadith 2424 page 155

Ziyad b. Mutarrif.
According to Zakariya’ b. Yahya b. Abân al-Misri—Ahmad b. Ishkab—Yahya b. Ya’la al-Muharibi—’Ammar b. Zurayq al-Dabbi—Abu Ishaq al-Hamdani—Ziyad b. Mutarrif—the Prophet: Whoever wishes to live like me and to die like me and to enter the garden some of whose branches God promised to give me, [from trees] Hc had planted in that garden of eternity, [whoever wishes to attain this], let him befriend ‘Alî b. Abi Talib and his descendants after him, for they will never lead him out through the door of the right path, and never lead him in through the door of error.