Récit de l’oiseau – Hadith al-Ta-ir

Lorsqu’on aborde le sujet des compagnons, il semble aujourd’hui impossible d’avoir une préférence pour l’imam ‘Ali (as) ! Il est grand temps de mettre de côté toutes les théories répétées par certains savants et de se pencher sur les faits. Même si ce sujet fait partie des conjectures comme le disent d’autres, il semble important de rétablir une vérité évidente… Prétendre que l’imam ‘Ali (as) était meilleur que tous les autres compagnons ne peut en aucun cas faire de nous des innovateurs, et nous allons voir pourquoi.

Explications des savants sur le hadith Mutawatir :

Hadith Mutawatir ou une narration successive est celle qui est véhiculée par de tellement nombreux narrateurs si simultanément qu’il serait inconcevable pour eux d’avoir décidé à l’unanimité sur le mensonge et donc douter de l’authenticité d’un Hadith Mutawatir serait déraisonnable. Un hadith est dit être Mutawatir si il a été signalé par un (si non spécifié) nombre de narrateurs à chaque niveau de la chaîne de narration, atteignant ainsi la génération suivante par plusieurs chaînes de narration permettant de retourner à sa source. Cela permet de confirmer que le Hadith et l’incident est authentiquement est attribué à la source et à un niveau au-dessus de tout doute raisonnable.

Nuzhat al-Nazar Fi Tawdih Nukhbat al-Fikar – Ibn Hajar – Page 58

Et al-Mutawatir [la narration récurrente] ne doit pas être posée et examinée sur ses hommes [narrateurs] mais il devrait être prise sans chercher à ce sujet.

Tahqiq al-Raghba Fi Tawdih al-Nukhba – ‘Abd al-Karim al-Khudhair – Page 46

Et al-Mutawatir [la narration récurrente] doit nécessairement être acceptée parce qu’elle est utile pour certain et nécessaire en connaissance il n’y a donc pas besoin de chercher pour le statut de la chaîne de ses narrateurs.

Tadreeb al-Rawi Fi Sharh Takrib al-Nawawi – al-Suyuti – Tome 2, Page 751

.. al-Mutawatir [la narration récurrente] on sait que tous sont nécessairement honnête, car il ne peut être que chacun d’eux est compilé pour mentir (sur d’autres comme eux dès le début) de la chaîne de référence (jusqu’à la fin). Par conséquent, il doit être utilisé sans examen sur les hommes de la chaîne de narration et il n’y a pas de nombre précis qui devrait être accepté à cette fin. Et al-Astakhry a dit: « Au moins, il devrait y avoir dix et il est celui qui est choisi parce qu’il est le premier groupe de la multiplicité des foules. »

Le récit de l’oiseau Moutawatir ?

Mizan al-I’tidaal – al-Dhahabi – Tome 4,Page 53, Personne 7186 [7036]

Muhammad Ibn Ahmad Ibn Ayyad a rapporté son père Abu Ghassan Ahmad Ibn Ayyad rapportant de Abu Tayba al-Masri, rapportant de Yahya Ibn Hassan puis il a mentionné la narration de l’oiseau. al-Hakim a dit: « Ceci est basé sur les conditions d’Al-Bukhari et Muslim Ibn Hajjaj. » J’ai dit, tout (les narrateurs) sont dignes de confiance, sauf celui-ci puis il m’a semblé qu’il est digne de confiance. al-Tabarani a rapporté de lui, et Ali Ibn Muhammad al-Wa’ez et Muhammad Ibn Ja’far al-Rafiqi et Hamid Ibn Yunus al-Zayyat et bien d’autres l’ont fait. Il raconte Harmala et d’autres du même niveau de confiance et il est surnommé Abou Ulatha. Il mourut en 291 de l’Hégire et il avait l’habitude d’être présent dans la ligne de front de la cotisation religieuse et il a également rapporté Makki Ibn Abdullah al-Ru’eyny et Muhammad Ibn Salama al-Muradi et Abdullah Ibn Yahya Ibn Ma’bad le compagnon d’Ibn Lahy’a, et je ne connais pas son père.

Note: al-Hafidh (Ibn Hajar) a dit dans « Al-Lisan » Ibn Yunus l’a mentionné dans l’histoire de l’Egypte [Tarikh Misr] Ahmad Ibn Ayyad Ibn Abdu Malik Ibn Nasr al-Fardi le serviteur de Habib, celui qui est surnommé Aboo Ghassan et Yahya Ibn Hassan raconte de lui et il mourut en 293 de l’Hégire c’est la façon dont il parle de lui et il n’a pas diffamer.

Kitab Tadhkirat al-Huffaz – al-Dhahabi – Tome 3, Page 1042-1043

« Hadith al-Ta-ir [de l’oiseau] a tellement de chaînes de narration, je les ai recueillis dans un livre séparé et le total de celui-ci prouve que le hadith a un fondement (authentique) (lahou asl). »

Passons enfin au fameux récit :

Jami’ al-Tirmidhi, Tome 6, Page 393, Hadith 3721

Anas Ibn Malik : « Il y avait un oiseau avec le Prophète (sawas), alors il a dit: « Ô Allah, envoi-moi le plus aimé de tes créatures pour manger cet oiseau avec moi. » Alors, ‘Ali (as) est venu manger avec lui. « 

Mustadrak ‘Alaah al-Sahihain – al-Hakim al-Nishaburi – Tome 3, Page 141-143, Hadith 4650-4651

Mon père nous a dit, Yahya Ibn Hassan nous a dit, raconté de Sulaiman Ibn Bilal, raconté de Yahya Ibn Sa’id, raconté de Anas Ibn Malik, il a dit: « J’avais l’habitude de servir le Messager d’Allah (sawas), et le Messager d’Allah (sawas) fut servi d’un oiseau rôti. Puis il (sawas) a dit: « Ô Allah (swt), apporte-moi celui que tu aimes le plus parmi toutes tes créatures pour qu’il mange avec moi cet oiseau. Alors j’ai dit, « Ô Allah (swt), qu’il soit un homme d’al-Ansar (les partisans). Puis Ali, (as) est venue, alors je (Anas) a dit: « Le Messager d’Allah est occupé (avec quelque chose). Alors (il est venu) à nouveau et j’ai dit: « Le Messager d’Allah (sawas) est occupé. Puis il est venu (une troisième fois) et le Messager d’Allah (sawas) a dit: « Ouvrez! (Pour le laisser entrer). Puis il (Ali (as)) entra puis le Messager d’Allah (sawas) a dit: « Qu’est-ce qui te retient de venir vers moi? Puis il (Ali (as)) répondit: « C’est la troisième fois qu’Anas me retient, en affirmant que tu était occupé par quelque chose? Puis il (sawas) a dit: « Qu’est-ce qui t’a poussé à agir ainsi? » Alors je (Anas) a dit: « Ô Messager d’Allah (sawas)! J’avais entendu vos prières et j’ai bien aimé qu’il soit un de mes gens. Ensuite, le Messager d’Allah (sawas) a dit: « L’homme peut aimer son peuple (sa propre tribu). »

Note: Ceci est une narration authentique basée sur la condition des deux Sheikh [soit Bukhari et Muslim] même s’ils ne l’ont pas mis [dans leurs livres]. Et il a été rapporté en référence à Anas par un groupe de ses compagnons qui compte plus d’une trentaine de personnes, puis le récit a été jugé correct rapporté par Ali (as) et Abou Sa’id al Khudri ainsi que Safina et dans la narration de Thabit al-Banani [mais dans la] narration d’Anas il y a plus de termes ajouté.
La narration a le [narrateur] digne de confiance et fiable al-Ma’moon Abou al-Qasim al-Hassan Ibn Muhammad Ibn al-Hussain Ibn Ismail Ibn Muhammad Ibn al-Fadhl Ibn Alya Ibn Khalid al-Sukuni nous a dit à Kufa de son livre original, ‘Obeid Ibn Kathir al-Amery nous a dit, ‘Abdul-Rahman Ibn Dubys nous a dit et Abou al-Qasim nous a dit, Muhammad Ibn Abdullah Ibn Sulaiman al-Hadramy nous a dit, Abdullah Ibn Umar Ibn Abban Ibn Saleh deux d’entre eux a dit, Ibrahim Ibn Thabit al-Basri al-Qassar nous a dit, Thabit al-Banani nous a dit: « Anas Ibn Malik était peu malade et Muhammad Ibn al-Hajjaj est venu lui rendre visite avec certains de ses compagnons, et il y avait une conférence jusqu’à ce qu’ils parlent de Ali (as) et Muhammad ibn al-Hajjaj l’a dégradé [Il a dégradé Ali (as)] Ensuite, Anas a dit: « Qui est celui qui parle? (Anas) permettez-moi de m’asseoir. Puis ils l’ont fait asseoir et il a dit, ‘Oh fils d’al-Hajjaj, je vois que tu dégrade Ali Ibn Abu Talib (as)? Par Celui qui a envoyé Muhammad avec la vérité, je dis que je suis le serviteur du Messager d’Allah (sawas) et il y avait un autre gars parmi les fils de al-Ansar qui avait l’habitude de le servir, et c’était un jour où il m’était dû. Puis Umm Ayman, la serviteur du Messager d’Allah (sawas) est venu avec un oiseau et l’a servi pour le Messager d’Allah (sawas) puis il a dit, « Ô Umm Ayman, quel est cet oiseau? » Elle a répondu: « C’est un oiseau que j’ai eu et je l’ai fait [préparer] pour toi. » Alors le Messager d’Allah (sawas) a dit: « Ô Allah, apporte-moi le plus aimé par toi et moi de ta création pour qu’il mange cet oiseau avec moi. . « Puis la porte quelqu’un a cogé à la porte et le Messager d’Allah (sawas) a dit: « Oh Anas, vérifie qui est à la porte. » Alors je [Anas] dit: » Ô Allah, qu’il soit quelqu’un parmi al-Ansar [partisans ]. Ensuite, je suis allé et j’ai trouvé Ali (as) à la porte et j’ai dit: « Le Messager d’Allah (sawas) est occupé. » Puis je suis retourné où j’étais assis, puis la porte frappa de nouveau et il (sawas) a dit: « Oh Anas, va vérifier qui est à la porte » Et j’ai dit: « Ô Allah, qu’il soit quelqu’un de al-Ansar. Puis je suis allé et j’ai trouvé que Ali (as) était à la porte et j’ai dit: « Le Messager d’Allah (sawas) est occupé. » Puis je suis revenu d’où je suis parti (j’étais assis devant et pris ma place) et la porte frappai de nouveau et le Messager d’Allah (sawas) a dit: « Ô Anas, rend-toi [à l’endroit] et laissez-le rentrer, et tu n’es pas le premier à être fanatique pour les siens, et il n’est pas d’al-Ansar. Puis je suis allé, et je l’ai laissé (as) entrer, et le Messager d’Allah (sawas) a dit: « Ô Anas, amène l’oiseau pour lui [Ali (as)]. » Il dit: « J’ai mis l’oiseau devant le Messager d’Allah (sawas) et ils ont mangé de lui. » Muhammad Ibn al-Hajjaj dit: « Ô Anas, ceci s’est produit en ta présence? Il a dit, ‘Oui!’ Alors il répondit: « Je donne serment à Allah (swt), que je dégraderais plus jamais Ali (as) après cela, et si je connaissais quelqu’un qui le fait, alors je vais [mettre] en choc son visage. »

Conclusion : Nous trouvons ce récit possédant au moins 20 chaînes différentes de narrations, il est donc bel et bien authentique. Comme nous l’avons déjà montré, selon les principes de la science du Hadith, une narration qui a 10 chaînes ou plus ne nécessite pas que la chaîne soit étudiée. Malgré cela, nous avons également montré les nombreux savants qui atteste que ce hadith n’a pas de place à l’ambiguïté. Que dire de plus concernant la place que devrait occuper l’imam ‘Ali (as) dans le coeur des croyants ?